Le fanfaron

Il fait le fanfaron, trônant en haut du ciel,
Hérissé de rayons qui transpercent Marseille
De leurs dards acérés. Et sa gloire ensoleille
Même les vieux quartiers d’un jet d’or et de miel.

C’est la fin de l’été et pourtant il explose
Encor de mille feux, comme s’il ignorait
Qu’il va bientôt devoir un peu édulcorer
Son éclat belliqueux en tempérant de rose

Ses couchants flamboyants. C’est la fin de l’été ?
C’est vrai qu’on a senti qu’il est un peu plus mou
Depuis le vingt-cinq août, même si des remous
De son ancienne ardeur nous prouvent qu’il était

Il y a encor peu le grand maître en Provence.
Marseille va souffler, bien-être retrouvé…
Mais le bougre est encor un brigand éprouvé,
Même s’il s’affaiblit  ! Gardons donc nos distances

Car il peut encor nuire en nous brûlant la peau !
Mais après tout, tant pis ! Nous avons l’habitude
De ses excès déments, avec la certitude
Que l’automne revient toujours fort à-propos

Pour le calmer un peu. Et puis quelle détresse
S’il nous laissait tomber, ce sacré vieux soleil
Forgeant notre lumière ! Un terrible réveil
Pour tous les Provençaux si leur chère prêtresse

Les offrait à la pluie, au froid et au brouillard…
C’est gonflant s’il fait chaud ? Bien ! Sortons nos ombrelles !
Notre vieux fanfaron va se faire la belle ?
Nous en pleurerons tous, mais peut-être un peu tard…

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion, Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.