Le désastre

Poème illustré par un tableau de :

Paul Collomb
www.galerielaetitia.com/collomb

Quel objet de fierté que mon petit jardin,
Fleuri à la folie, scintillant de couleurs !
Un presque paradis et tout juste un lopin
Explosant sous le ciel en des milliers d’odeurs.

J’y vais tous les matins pour le couver des yeux,
Otant les rameaux morts et arrosant les fleurs :
Heure privilégiée et moment délicieux
Qui me calme et m’apaise en réchauffant mon coeur…

Mercredi le soleil venait de se lever
Quand j’ai cru défaillir : mes jolis pétunias,
Les pétales en berne, étaient déchiquetés,
Comme mes azalées, mes roses, mes zinnias…

Un grand festin de nuit pour d’horribles limaces
Qui s’en étaient gavées ! Et pour mieux me narguer,
Elles m’avaient laissé leur bave dégueulasse
Qui courait sur le mur en sillon argenté !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans A la maison, Le début de l'été, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire