Sonnet

Encor un papillon ! Nul ne lui a donc dit
Que l’été est fini ? Qu’au terme de ce mois,
Les premières gelées transiront le Midi,
Aidées par un mistral redevenu très froid ?

Légère fleur ailée, comment donc as-tu pu
En résistant ainsi contrarier la nature ?
Joli papillon bleu, qui es-tu ? D’où viens-tu ?
Tu ne vas pas survivre ! Octobre est bien trop dur

Pour ton frêle destin d’insecte presque fleur !
Un ciel trop étoilé peut faire ton malheur
Car la nuit est alors cruellement glacée.

Petite vie craintive auréolée de bleu,
Tu palpites gaiement sous le micocoulier
Que le soleil d’automne a surligné de feu.

 

Répondre