Le début de l’automne

Claude Couturier

Poème illustré par un tableau de :

Claude Couturier
http://www.peintres-et-sculpteurs.com

Le ciel est pommelé de nuages tout ronds,
Comme un pré bleu couvert de jolis moutons roses.
Le soleil adouci épointe ses rayons
Pour les nimber de roux. Et la lumière éclose

Au plus profond du ciel est maintenant légère
Comme elle sait bien l’être au début de l’automne.
Le feuillage est moins vert, bien moins dru ; et la terre
Est même un peu humide sous l’herbe déjà jaune.

Tout est moins acéré ; la Provence est plus douce
Sous un ciel bien moins pur et parfois nuageux.
On dirait que Septembre édulcore et émousse
La fougue des couleurs en nuançant ses bleus.

Tout est comme baigné d’une aura tamisée,
Et l’ombre est bien plus longue autour des arbres las
De porter leur feuillage. Il fait même un peu frais.
Septembre l’embrumé expire sans éclat…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire