Le coeur gros

Poème illustré par un tableau de :

Jean-Antoine Théodore Gudin -1828
www.galerie-pluskwa.com

Marseille a le coeur gros car la voilà encore
Mise bien malgré elle au-devant de la scène !
La revoici souillée par des énergumènes
Pratiquant le trafic comme d’autres le sport !

Elle croyait pourtant en eux, obstinément,
Même si on l’avait quelque peu prévenue.
Mais elle avait confiance et s’était abstenue
D’avoir quelque soupçon, grâce à leur nom ronflant :

Té, anti-criminels ? Mais de qui parles-tu ?
Magouille et compagnie ! Et à qui donc te fier,
Marseille mon amie, toujours éclaboussée
Par un tas de mafieux et tous ces trous du cul

Qui te salissent tant qu’on en a la nausée !
Tu faisais des efforts en tentant d’embellir
Ton Vieux Port et tes rues, pour y mieux accueillir
Un tas de visiteurs venus du monde entier.

Et voilà ! Patatras, tout est remis en cause…
Réputation salie par ces voyous ripoux !
Le temps de tes espoirs si suave et si doux
N’aurait-il donc duré que le temps d’une rose ?

Mais courage, ma belle : essaie encor un peu
De te sortir du trou ! Garde ta dignité !
Et relève le front pour tous ces Marseillais
Qui t’estiment toujours… en faisant de leur mieux.

 

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales, Marseille, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire