Le clown

 

Sur la place Mistral un cirque tout en rond
S’est installé ce soir. C’est la révolution
Dans ce village clos qui d’habitude dort,
Mais les gens ont sorti leurs chaises au dehors

Pour s’installer en cercle, et applaudir, et rire
Aux exploits d’un vieux clown au mystérieux sourire.
Il est vraiment très vieux, ses articulations
Grincent au moindre geste et au plus petit bond

Qui peuvent le briser. Et l’on n’ose penser
A l’accident possible quand, soudain subjugué,
On se croit tout à coup sujet à la berlue
Et jamais depuis lors l’on en est revenu :

Car l’homme tout cassé devenu lumineux
S’est mis à rayonner. Et son clair regard bleu
Est devenu si chaud et empli de bonté
Que tous les villageois ont été envoûtés.

Ils ont senti leur coeur exploser de bonheur :
Tout était oublié, misères et malheur.
Ce clown était magique et son aura dorée
En a fait des Humains heureux à tout jamais.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Contes, Les gens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire