Le chien

Il doit avoir dans les quinze ans,
S’appelle Nestor comme un sage.
Il est un peu perclus par l’âge
Et pas mal usé par le temps.

Il est aveugle et presque sourd.
Pour trouver son chemin il lance
Ses pattes avant bien en cadence
Tel un acrobate balourd.

Car sur son oeil opaque un voile
Laiteux lui mange la lumière.
Mais quand il partira son flair
Le mènera jusqu’aux étoiles.

Il porte encor beau. Son pelage
Tout frisé-bouclé fait merveille.
Bien chaud comme un tendre soleil ,
Son amour croît avec son âge.

Il vibre et vit dès qu’il vous sent.
Sa queue devient un métronome :
C’est ainsi qu’il sourit aux Hommes
Qu’il aime depuis si longtemps.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire