Le chaton

Un chaton minuscule, et si frêle qu’il tient
Comme un joli jouet dans le creux de la main.
Il a vingt-quatre jours et il est si craquant
Qu’on est tout attendri rien qu’en le regardant.

Est-il fille ou garçon ? On ne peut pas le dire !
C’est si petit, tout ça ! Un bébé qui respire
A grands soupirs de chat ! Son souffle est si ténu,
Si fragile et si fort qu’on en est tout ému,

Vraiment bouleversé. Eh bien voilà, chaton…
Il nous va donc falloir te trouver un prénom !
Et te voici lâché dans toute une existence
De quelque vingt années, associé à la danse

Des chattes, des matous ! En attendant ronronne,
Jolie boule de poils ! Que ta mère te donne
Son trop-plein de tendresse avant de te jeter.
Car ainsi va la vie, mon bel ébouriffé…

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.