Le chapeau de paille

Sonnet illustré par un tableau de :

Auguste Renoir
(1841-1919)

Sous mon vaste chapeau de paille,
Mon cerveau bout, plein de poèmes ;
Mais le soleil vaille que vaille
Veut lui inoculer sa flemme.

Il essaie de passer dessous,
Me mangeant les yeux au passage,
Mais le chapeau forme une roue
Qui m’insère comme une cage.

L’ombre y est dessinée en grille
Et ses entrelacs s’entortillent
Pour lutter contre le soleil.

Là dessous je suis presque au frais,
Préservée des rayons vermeils
Par la paille d’or blond tressé.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire