Le chant de porcelaine

Amandier

Ce deux février est vraiment
Un véritable événement :
Tous les amandiers sont en fleurs…
N’y aurait-il point une erreur

De la part de dame Nature ?
Impossible que cela dure…
J’entends bouillonner sous l’écorce
Un nectar dont l’énorme force

Va tout faire exploser sous peu :
Trop de vie, de sève et de feu !
Processus voué à l’échec,
Surtout avec ce temps très sec…

Il faut que stoppe la machine,
Et que tous les Hommes s’échinent
A corriger toutes leurs bourdes,
Ou la facture sera lourde…

Il fait beau, merveilleusement.
L’on est heureux, mais l’on se ment
Car l’on devrait crever de froid,
Et de pessimisme, et d’effroi :

N’accordons pas trop de confiance
A ce printemps. Sa complaisance
Est trop honnête ! Oui, méfions-nous
De la grâce d’un tel redoux…

Mais les amandiers n’en ont cure !
Leurs jolies fleurettes murmurent
Dolce leur chant de porcelaine
Sous le ciel couleur d’obsidienne.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire