Le Café

Poème illustré par une peinture de :

Véronique Ziminski
www.lapeinture.com

Sur la grand’place du Marché,
Planté au centre : le Café
Dont la porte est toujours ouverte
Sur l’ombre de la salle verte.

Quand on y entre on cligne un peu
Car dehors de longs traits de feu
Raient le bitume de la place.
Mais l’on est mieux sur la terrasse

Où l’on bade à longueur d’année.
Le Café y est protégé
Du mistral par un gros platane
A l’ombre bleutée et diaphane.

Et tous les jours les villageois
Passent une fois, deux parfois
Pour saluer le bistrotier,
Caqueter, boire ou acheter

Qui son paquet de cigarettes,
Qui son Loto, des allumettes
Ou tout ensemble ! Et l’on plaisante,
Et l’accent du Midi qui chante

Vole partout comme un oiseau.
Dehors il fait parfois trop chaud
Mais n’en a-t-on pas l’habitude
Puisqu’ici c’est vraiment le Sud ?

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire