Le cacou de Marseille

 

Sous le grand cagnard de Marseille
Une espèce croît à l’excès.
Même si chacun s’en égaye,
Personne n’ose s’en vanter :

C’est le cacou, un gars qui frime
Avec ses biceps tout enflés
Et tatoués : il est victime
D’un penchant pour l’étiqueté.

Roulant sans fin des mécaniques,
Il avance en se déhanchant,
Et se gave à fond de musique
Qui vous saoûle en tonitruant.

Comme sa vaste voiture
A un gros moteur surgonflé,
Il vous faudra laisser passer
Ce triste sire à piètre allure

Car il agit comme un voyou,
Parle très fort, éructe et jure,
Il est vulgaire et rit de tout,
C’est un cacou, quoi ! Ca c’est sûr …

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Marseille, Portraits. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.