Le boomerang casanier

En sa prime jeunesse, Aurélien avait fait
Un merveilleux voyage au coeur de l’Australie ;
En avait rapporté un fort étrange objet,
Forçant l’admiration du village ébahi :

Un boomerang ancien. Il aimait le lancer
Pour le voir revenir se nicher dans sa main.
Devenu un expert, il n’oubliait jamais
De bien s’y exercer presque tous les matins

Jusqu’au jour où il dut – hélas ! déménager
De son joli Lambesc pour un nouvel emploi…
Une semaine après, il prit le bel objet
D’une main assurée, et puis il l’envoya…

Mais le vieux boomerang, au lieu de tourner bride,
Partit tout droit devant. Aurélien tout bêta
Croyait l’avoir perdu et avoir fait un bide
Quand Léa sa voisine lui téléphona :

« Ton boomerang est là, juste devant ta porte.
Enfin… celle d’avant ! Qu’est-ce qu’il fait donc là ?
Veux-tu que j’aille à Trets ? Que je te le rapporte ?
Non, non, non… Je suis libre et ça ne m’ennuie pas… »

Elle fit le trajet pour rapporter l’objet
A l’ami Aurélien… Et lors la même chose :
Le boomerang s’en fut droit devant pour rentrer
A Lambesc sans dévier ! Même effet, même cause !

Car le vieux boomerang voulait que l’on revînt,
Etant très casanier, à leur ancien logis !
Aurélien, quant à lui, remarqua tout soudain
Que Léa la voisine était vraiment jolie !

Il refit son bagage et re-déménagea
Pour la plus grande joie de tout son entourage…
Et de son boomerang. Puis épousa Léa,
Conviant pour ce beau jour tous les gens du village…

 

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans A la maison, Chez nous, Cités provençales, Contes, Les gens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire