Le bonhomme de neige

Il est midi, il penche un peu
Il commence même à pleurer.
Autour de lui la neige est bleue
Car l’ombre y est tout azurée.

Sa grosse tête ronde bave,
Et le soleil de ses rayons
Très subrepticement aggrave
Son triste état de moribond.

Son nez-carotte va tomber
De sa grosse figure blanche,
Son ventre rond tout fissuré
Commence à pendre sur ses hanches

Car il est mal en point, il fond !
Et il rêve d’un coup de gel
Le requinquant de comble en fond
Par un grand froid confraternel …

Quand en se mettant à souffler,
La bise enfin le revigore :
Par un miracle inespéré
Elle l’a volé à la mort.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire