Le bonhomme de neige

Il est midi, il penche un peu
Il commence même à pleurer.
Autour de lui la neige est bleue
Car l’ombre y est tout azurée.

Sa grosse tête ronde bave,
Et le soleil de ses rayons
Très subrepticement aggrave
Son triste état de moribond.

Son nez-carotte va tomber
De sa grosse figure blanche,
Son ventre rond tout fissuré
Commence à pendre sur ses hanches

Car il est mal en point, il fond !
Et il rêve d’un coup de gel
Le requinquant de comble en fond
Par un grand froid confraternel …

Quand en se mettant à souffler,
La bise enfin le revigore :
Par un miracle inespéré
Elle l’a volé à la mort.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.