Le berger

HIPPOLYTE-FLANDRIN-JEUNE-BERGER-ASSIS-1834

Poème illustré par un tableau de :

Hippolyte Flandrin
(1809-1864)

Assis sur un muret, il cisèle un morceau
De bois pour s’occuper… Sur sa nuque bouclée,
La brise soulevant ses mèches emmêlées
Les a ébouriffées. Le garçon est très beau,

Autant qu’un pâtre grec. Sur sa peau basanée,
Des perles de cristal – il a chaud ! dégoulinent :
Un trop plein d’émotion ? Sa tête dodeline
Au rythme étourdissant de la danse effrénée

Diffusée par son poste. Il a le regard clair
Comme le ciel cobalt, au lointain, sur les Monges.
La nuit s’en va venir. L’ombre du soir s’allonge
Comme un pan de velours sur l’épais tapis vert

Et teinte d’indigo l’herbe drue de l’alpage.
Musculeux et bronzé, sculpté dans du bois dur,
Il a mis son fusil sur l’arête du mur
Enclosant ses moutons. Il a vraiment la rage

Et n’hésitera pas : s’il entrevoit le loup,
C’est sûr, il tirera ! Mais pour l’instant, il chante,
Oubliant un moment l’animal fou qui hante
Sa montagne violée… Vient l’heure du filou.

L’homme éteint sa radio. Tout aussi immobile
Qu’une statue de fer, pieds posés sur son chien,
Il inspecte la nuit dont il n’attend trop rien
Mais qui, en l’enserrant, s’est soudain faite hostile…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.