Le barrage

 

Enchâssé au pied des monts bleus,
C’est une fracture émeraude
Qui apprivoise peu à peu
Les eaux sauvages en maraude.

Il a collecté tout au fond
De sa vallée torrentueuse
Rus et rivières en amont
Dans leur course tempêtueuse.

C’est maintenant un lac très calme
Et qui cache insondablement
Comme un énorme catafalque
Un très vieux village d’antan

Au creux de ses eaux en dormance.
Il chatoie, réfléchit le ciel
Immaculé de la Provence.
Tout là-haut passe une hirondelle …

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire