Le banc des commères

 

A Lambesc, un lieu se visite :
C’est le fameux Banc des Commères
Où – c’était devenu un rite !
Se réunissaient trois grand’mères

Qui galégeaient jusqu’à pas d’heure !
Elles riaient et sans ambages
Chacune y allait de bon coeur
A cancaner sur le village :

Et patati et patata,
Fou-rire et grands cris amusés,
Presque chahut et brouhaha,
Avec leur accent qui chantait !

Les voisins étaient excédés
Car très tôt dès le lendemain
Il leur fallait bien se lever
Malgré ce bruit et ce tintouin

Juste en dessous de leurs croisées…
Jusqu’au jour où un irascible
A la patience limitée
Sentit sauter tous ses fusibles.

Il rumina longtemps son coup,
Fourbissant longuement ses armes :
Les mamies, aux quatre cent coups,
Comparurent … chez les gendarmes !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, Les gens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire