Le banc de méduses

Branle-bas de combat car un banc de méduses
Vient d’apparaître au large et va nous envahir.
Encore un peu de temps – Le temps d’un gros soupir !
Et elles seront là : une armada confuse,

Un essaim ondulant de formes argentées,
Un ballet gracieux de mille transparences
Dont le flot ondoyant et la luminescence
Ont alerté hier le radar d’un thonier.

Inexorablement les nacelles avancent,
Joliment irisées par le soleil couchant
Et bercées par la mer. Soudain un hurlement :
Paul a été piqué ! Il trépigne et il danse,

Secouant violemment son pied blessé qui cuit.
Cette attaque imprévue nous laisse… médusés
Et nous fait reculer sur la plage encombrée
Par les baigneurs frustrés qui grognent de dépit.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Méditerranée, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire