Le bagage idéal

Si je devais partir, que pourrais-je emporter
De ma chère Provence ? Un morceau du soleil,
Tout bien empaqueté dans ses rayons vermeils ?
Et puis une cigale habile à criquetter

Et encore et encore, enchantant mon bagage ;
Peut-être bien mon mas… le vieux banc du jardin…
La fontaine moussue, le pied de romarin ?
Deux ou trois vieux chenus, les piliers du village,

Assis matin et soir sur la Place, à bader ?
Et pourquoi pas Lambesc avec son Jacquemart ?
Ce cyprès dans un champ, pas bien loin de La Fare ?
Plus, en tassant le tout, le très vieil olivier

Qui ombrage ma cour ? Et tous ces souvenirs
Si bien ancrés ici ? Puis je songe aux amis
Qui depuis si longtemps m’ont si bien accueillie,
Et me dis que jamais je ne pourrai partir

Sans tout en emporter ! Je reste donc ici,
Au coeur de la Provence, en mon cher vieux pays…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales, La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.