Le 21 juin

 

Poème illustré par :

Brice Malézieux
www.malezieux.free.fr/

Pour la première fois les cigales criquètent
Et le Mistral est là, comme s’il redoutait
D’être bouté dehors, de devoir tenir tête
Au soleil triomphant qui vient de s’installer

Pour bien plus de trois mois dans le ciel de Provence.
Mais le grand vent du Nord n’est guère qu’une bise
Qui fait virevolter les arbousiers qui dansent.
Demain il va déchoir pour n’être plus que brise

Et l’on en est heureux. Les terrasses bourdonnent
De la joie excitée du début de l’été.
Le village est bruyant, le Jacquemart qui sonne
Ponctue le brouhaha des buveurs attablés

Car ce soir, c’est la Fête, on est tout excité,
Dans la rue la Fanfare aiguise ses  flons-flons.
Le soleil déclinant s’accroche aux oliviers
Et il n’est plus bientôt qu’un astre rouge et rond.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire