L’automne qui s’en vient

Marseille la stressée qui se montre plus calme ;
Un vent un peu plus dru qui agite les palmes
D’un arbre bien moins vert perdant déjà ses feuilles,
Un arbre frissonnant et que la brise effeuille ;

Un ciel bleu moins intense et qui – las ! s’assombrit
Bien plus tôt tous les soirs ; le grand charivari
Des oiseaux migrateurs excités qui s’agitent
En sentant que l’été chaque jour se délite ;

Une feuille jaunie et morte déposée
Sur le sol humecté par la fraîche rosée ;
Un nuage léger égratignant le ciel
Qui parfois se ternit, malgré le voile miel

Du soleil qui se lève, un peu moins chaud qu’hier ;
L’aile d’un gabian blanc qui érafle la mer
Un peu plus grisonnante et un peu plus houleuse,
Une mer chaque jour un peu plus moutonneuse ;

Une fleur qui se meurt en perdant ses pétales
Légèrement fanés, chaque matin plus pâles ;
Un gilet enfilé juste avant de sortir
Car il fait déjà frais… L’été s’en va mourir.

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne, Marseille, Méditerranée, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.