L’automne mollasson

Allée d'automne

L’automne est tristounet. Le soleil est falot
Et se recroqueville : il n’a pas bonne mine.
Les arbres peinturés de couleurs arlequines
Ne font plus illusion sous un ciel si pâlot

Qu’il n’a plus rien d’un ciel du Midi provençal,
Et leur cadre alentour est si terne et si triste
Qu’on perd vite de vue le talent de l’artiste,
Son art d’enlumineur. Même le grand mistral

Sans beaucoup d’énergie s’époumonne et sanglote :
Automne sans relief, automne mollasson
Où le vent timoré souffle dans un basson
Au timbre cafardeux cousu de fausses notes.

Automne désolé. Bientôt, c’est la Toussaint :
Le jour du cimetière où des ombres attendent
Qu’on s’en vienne les voir et que le temps suspende
L’heure du  rendez-vous… Il n’en restera rien

Quand les ans passeront ! Aucune souvenance
Les maintenant en vie au fil du temps passé !
La lumière est grise et le soleil lassé
S’éteint tout doucement dans le ciel de Provence.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire