L’automne entêté

 Poème illustré par un tableau de : 

Valérie Molina
www.valerie-molina.com

Automne inachevé, tu porte(e) encor des feuilles
Virant du roux au beig(e), du sec au décharné ;
Mais tu tiens malgré tout et l’hiver qui t’effeuille
S’unit au vent, au froid, à ses meilleurs alliés

Pour t’envoyer bien loin de la Provence lasse
D’un soleil bien trop chaud, de trop de sécheresse.
Décidé à lutter pour prendre enfin ta place,
Il s’apprête au combat avec moult allégresse

Car il en a assez de s’avancer masqué.
Ton feuillage est trop roux, ta lumière trop belle,
Et il faudrait enfin pouvoir te résigner
A devoir endosser ta tenue isabelle !

Tu vas bientôt mourir de la mort des saisons,
Mais revenir plus tard après un long repos.
Ce cycle, c’est la vie ! Les choses se défont…
Hiver, reviens chez nous : il est temps, il le faut !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.