L’au revoir…

Tout comme une bougie qui fond au fil des jours,
Inexorablement son âme qui s’enfuit
S’éteint tout doucement. Et nos grands cris d’amour
Ne réussissent plus à le garder ici.

On dirait qu’il s’efface, et sa vie si ténue
S’estompe peu à peu au souffle de la mort.
Nous le supplions tous, mais nous n’en pouvons plus
De le persuader qu’il doit rester encore :

Il est si fatigué ! Il ne veut plus lutter
Ni rester en ce corps réduit à presque rien.
C’est lui qui a raison ; mais comment accepter
Qu’un être tant aimé soit au bout du chemin ?

Alors nous saisissons sa main si transparente
Où le sang bat encor – un infime ruisseau !
Vont bientôt commencer l’épouvantable attente
Et l’horrible souhait de voir finir ses maux…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.