L’appel

Poème illustré par un tableau de :

Véronique Lancien
www.livegalerie.com

On est le dix-huit juin et je lance un appel…
Aux cigales du coin : « Que faites-vous, les belles ?
Je vous aime, c’est vrai ! Mais n’imaginez pas
Que mon amour pour vous vous donne tous les droits ! 

Un ami de Salon m’a dit que vous étiez
Réveillées depuis hier, et que vous carillonniez
Comme de vraies fadas au fond de son jardin !
J’ai beau bien écouter, je n’entends… que du rien !

Il fait pourtant très chaud, il n’y a pas de vent !
Alors remuez-vous, insectes fainéants !
Sortez de votre trou pour me donner l’aubade
Et vous tairez ainsi toutes mes jérémiades !

On dit que vous chantez à Aix et à Marseille.
Et  à Lambesc, alors? Il y a du soleil
A tire-larigot depuis huit jours au moins !
Ne sentez-vous donc pas que vous rendez chagrins

Tous ceux que vous privez de vos joyeux cricris ?
On vous réclame tous, et à cors et à cris !
Cessez donc de vous faire ainsi tirer l’oreille :
Venez vite goûter aux bienfaits du soleil !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.