Laisser son temps au temps !

Poème illustré par un tableau de :
Eric Bruni

On ne peut le nier, cet été est pourri :
Chaque soir un orage après une journée
Poisseuse et étouffante ! Une curieuse année
Nous laissant déroutés, où nous avons compris

Sans aucune illusion ce que l’on nous rabâche
Depuis des décennies : oui, le temps a changé !
Fort étranges saisons où tout est mélangé,
Où il semble parfois que la raison nous lâche…

Nature, s’il te plaît, laisse son temps au temps :
Canicule en été, même déraisonnable,
Et frimas en hiver ! Que nous soyons capables
De dire quand on est ! Tout comme lorsque, antan,

Avril était douceur avec ses fleurs naissantes,
Et juillet canicule avec tous les excès
D’une extrême chaleur. Il n’y a plus assez
De ces jours bien marqués par des saisons prégnantes !

L’on dirait que le temps est devenu tout mou,
Mais avec des sursauts, des spasmes d’impatience
Vraiment fort inquiétants sans qu’on en ait conscience…
Tiens, il fait presque froid ! Cet été vraiment fou

Perd indéniablement toute juste mesure !
L’horizon est voilé, le soleil bien pâlot,
Et des pans de brouillard virevoltent sur l’eau.
L’apéro au jardin ? Douteuse conjecture !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire