L’agonie des feuilles mortes

Feuilles jaunies, feuilles ocrées, feuilles dorées,
Feuilles mourant aux jours d’automne, abandonnées
Sur un talus, un caniveau, dans un fossé
Ou au fin-fond mystérieux de la forêt ;

Feuilles valsant, pirouettant  au vent hurlant,
Feuilles montant jusques aux nues en tournoyant,
Eparpillées et retombant presque en charpie,
Déchiquetées par le mistral qui les houspille ;

Feuilles d’automne retournant en cette terre
Qui leur sera, tout comme à nous, la dernière
Habitation triste et féconde. Mortalité
Pour le Vivant, car c’est la seule égalité…

Animaux et végétation, humains mortels :
Tout finit là, dans la poussière, sur l’autel
De la Nature indifférente et qui recycle
La mort en vie, sans compassion, cycle après cycle…

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.