L’adieu des cigales

Eric Bruni Provence

Poème illustré par un tableau de :

Eric Bruni
http://www.liensutiles.org/ebruni.htm

Et voilà, c’en est fait : elles nous ont quittés !
On est le vingt-cinq août. Nos petites copines
Ont cessé leur concert et débranché l’été
Pour s’en aller mener une vie clandestine

Enfouies sous le sol, bien loin de notre hiver,
– Mot vraiment inconnu dans le jargon cigales –
Même si le soleil à grands coups de cymbales
Ponctue chaque matin d’une énorme colère

En nous faisant suer sous ses trente degrès !
Se pourrait-il vraiment que l’été soit fini ?
L’azur est toujours pur, les jardins sont fleuris
Et il fait chaud ici tout autant qu’en juillet.

Mais ce n’est pas assez pour nos mies cigalières
Qui sont par-dessus tout vestales de l’été,
Assoiffées de ciel bleu et de la pureté
Que leur offre a giorno le ciel et sa lumière.

Les jours ont raccourci, les nuits sont plus frisquettes ;
Les rayons du soleil commencent à s’user,
Même s’il fanfaronne et cherche à nous tromper.
Mais l’on ne leurre pas nos charmantes divettes.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire