La vieille horloge

Scène d'intérieur

 

Le temps tape tout doux ses terribles secondes,
Inéluctablement, sans aucune pitié.
La grande horloge est lasse : il faut la remonter…
Mais le temps n’use point ses belles courbes rondes ;

Pourtant il le devrait, tant elle est l’instrument
Qui l’aide à tourmenter de pauvres créatures
Vouées à la vieillesse, à l’affreuse torture
De se voir dégrader inexorablement.

Son bois luit doucement dans la lumière sombre
D’un triste après-midi : un très joli noyer
A la patine blonde, où l’on voit ondoyer
Un reflet lumineux qui joue dans la pénombre.

Elle était à Grand’mère… Où sont-ils donc partis,
Tous ces gens qui ont vu son balancier battre
Comme un grand coeur géant ? Et qui pourrait combattre
Ce spectre immatériel qui sans cesse s’enfuit ?

L’horloge ticque et tacque et grignote les heures ;
C’est le temps qui la meut depuis plus de cent ans.
Elle sonne un peu faux, et d’instant en instant,
Son bourdon fait vibrer notre vieille demeure.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Chez nous. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.