La vieille horloge

Scène d'intérieur

 

Le temps tape tout doux ses terribles secondes,
Inéluctablement, sans aucune pitié.
La grande horloge est lasse : il faut la remonter…
Mais le temps n’use point ses belles courbes rondes ;

Pourtant il le devrait, tant elle est l’instrument
Qui l’aide à tourmenter de pauvres créatures
Vouées à la vieillesse, à l’affreuse torture
De se voir dégrader inexorablement.

Son bois luit doucement dans la lumière sombre
D’un triste après-midi : un très joli noyer
A la patine blonde, où l’on voit ondoyer
Un reflet lumineux qui joue dans la pénombre.

Elle était à Grand’mère… Où sont-ils donc partis,
Tous ces gens qui ont vu son balancier battre
Comme un grand coeur géant ? Et qui pourrait combattre
Ce spectre immatériel qui sans cesse s’enfuit ?

L’horloge ticque et tacque et grignote les heures ;
C’est le temps qui la meut depuis plus de cent ans.
Elle sonne un peu faux, et d’instant en instant,
Son bourdon fait vibrer notre vieille demeure.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Chez nous. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire