La Vieille Charité

 

« Renfermer dans un lieu choisi par les consuls  »
Les hères de Marseille, au temps où être gueux
Etait vraiment pour tous un pêché majuscule,
Tel fut d’abord le but du projet fabuleux

Qu’on appelle au Panier* la Vieille Charité :
Un énorme édifice harmonieux et classique,
Une merveille d’ordre et dont l’austérité
S’oppose élégamment au quartier éclectique

Qui grouille autour de lui, chamarré et tortil.
On y interna donc les mendiants égarés
Qui pouvaient gêner l’ordre apuré de la ville
Et ne soupçonnaient point quelle était la beauté

Des murs en pierre rose qui les tenaient cloîtrés.
Pour eux les galeries sur la cour intérieure
N’ouvraient que sur un clos sinistre où les parquer,
Et ils n’en voyaient pas l’équilibre majeur.

Car les Anciens d’alors ne savaient édifier
Que de tels monuments. Même pour l’Hôpital !
Ils avaient tout leur temps, le temps pouvait passer,
Le temps n’existait pas pour une oeuvre royale.

*Le Panier est un vieux quartier haut en couleurs de Marseille !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire