La vengeance

La mer s’est déchaînée car elle est en colère :
On vient de la souiller ! Et les rayons solaires
Ont beau étinceler pour la désencrasser,
Ils n’y peuvent plus rien. Le fuel a pollué

Ta robe bleu saphir d’une nappe irisée,
Oh Méditerranée, trop souvent méprisée !
Un nouveau dégazage interdit par la loi !
Mais quel est donc ce monde où le forfait est roi ?

Le rafiot criminel s’éloigne vers le large ;
Crasseux et cahotant, fatigué, en surcharge,
Dont on peut s’étonner qu’il bourlingue toujours
Tant il est moribond, plus las de jour en jour.

D’autant que maintenant la Méditerranée
Le secoue à grands coups. La coque malmenée
Se fissure. Elle vibre, elle craque en grinçant,
Car la mer acharnée la broie en l’agressant

Sous des flots insensés. Furieuse elle se venge.
Le bateau sombre enfin. On l’avait nommé :  « L’Ange ».
Un bateau criminel ? Pourtant méritait-t-il
Autant de cruauté pour un acte imbécile ?

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Contes, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.