La venelle oubliée

 

C’est une venelle très sale,
Avec un escalier glissant
Un peu tortueux, dont les dalles
Sont décomposées par le temps.

Du linge pendouille aux fenêtres
Et met des taches de couleur
Sur les murs tout gris de salpêtre
Où le moisi pose des fleurs.

Une vieille fontaine en pierre
Essaie en vain de glouglouter,
Mais elle ne recrache guère
Qu’un peu d’eau toute tavelée

De rouille et de filaments gris.
C’est une rue triste et très lasse
Où l’on attend un peu de pluie
Pour être lavé de sa crasse.

Et pourtant l’on est en Provence,
Une Provence sans gaieté,
Une Provence en déchéance
Que la chaleur semble étouffer.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire