La valse du papillon

Sonnet illustré par une aquarelle de :

Alain
www.villeparisis.canalblog.com

Sous le grand soleil roux vole un papillon blanc :
Une valse indécise et un peu saccadée
Tournoyant dans le ciel sur les ailes du vent,
Rythmée par le beau temps au tempo de l’été.

Il va de-ci, de-là au gré de l’air léger
Vers le plus haut du ciel qui cligne en pétillant,
Puis repart aussitôt comme une fleur ailée
Se posant quelquefois sur un bois de sarment ;

Une fleur-papillon vibrant sur les aigrettes
D’un pissenlit des champs dont la blonde houppette
Palpite comme un coeur dans l’été qui s’éveille !

C’est le frémissement d’un petit corps débile
Posé sur un pétale étoilé de soleil,
Puis l’envol convulsif de quatre ailes fragiles.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.