La treille

 

Poème illustré par un tableau de :

Jacques Testa
www.tableaux-testa.net 

Les murs sont blancs, les volets bleus
Comme ils sont souvent en Provence.
Le mistral vient d’entrer en danse
Et il paraît qu’ailleurs il pleut.

Mais on est au Sud, et la treille
Plantée il y a bien vingt ans
Nous protège du trop grand vent
Comme elle éloigne le soleil.

Depuis quelques jours elle est rousse,
On dirait qu’elle s’est gavée
Des derniers rayons de l’été.
Mais elle fait encor des pousses

Graciles comme en plein printemps.
On ne sait plus où l’on en est,
Et l’automne est tout déréglé.
Mais on s’en moque : on a le temps …

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire