La tortue

 

C’est un caillou beige en vadrouille
Dans les Maures, à Gonfaron.
Elle a tout son temps, elle fouille
De son museau le sol marron.

Elle semble mise à l’envers
Comme une large assiette creuse.
Pour se trouver un nid d’hiver
Elle se traîne sous les yeuses

Malgré ses quelque soixante ans,
Et c’est grâce à monsieur Hermann
Qu’on la protège tout autant
Qu’une célèbre star à Cannes.

Sa carapace quadrillée
Lui sert d’habit et de maison.
Dès qu’un danger est signalé,
Elle se cache tout au fond.

Son bec pointu et reptilien
Est sympa malgré la famille.
Elle est utile, on l’aime bien
Car elle nettoie la ramille

D’une quantité de bestioles.
Et malgré son aspect dolent
Savez-vous qu’elle batifole
En prenant ainsi tout son temps ?

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire