Terre et mer

Un beau jour un Aixois croise une Toulonnaise :
Le mistral impérieux et la brise de mer,
L’ondoiement de l’eau bleue, la vigueur de la terre,
L’arbre prêt à brûler qui rencontre la braise ;

La cité des notables et celle des corsaires
Qui s’imbriquent soudain ; le charme de l’amour
Qui va vite rimer avec le mot « toujours » !
Le doux roulis de l’eau, la rudesse des pierres

De la Sainte-Victoire sur la lande brûlée
Irrésistiblement se sentent captivés,
Comme attirés soudain par un étrange aimant.

Pour une fois enfin ce sera la fusion
Entre la terre et l’eau. Et pour les deux amants
Peut-être le début d’une infinie passion.

Pour Ludovic et Vanessa

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Provence au coeur, Les gens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire