La statuette

 

Sur le gravier de la terrasse
Une légère ombre dodue
Silhouette un peu saugrenue
Gît sur le miroir de la glace.

C’est tout rigide. Est-ce le gel
Qui a raidi en statuette
Cette infime et minime bête
Anéantie au creux du ciel ?

On dirait bien un passereau :
Plumes toutes ébouriffées
Et bec en V trop bien fermé.
Peut-être est-ce même un moineau ?

Une minuscule bestiole
Fauchée à l’orée du printemps,
Et que la cruauté du temps
Vient d’anéantir en plein vol !

Statuette tout emplumée,
Dure et roide, immobile et grise,
Insignifiante vie surprise
Par la barbarie de janvier …

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.