La statue entêtée

Il y a bien longtemps, un manant labourait
Près des ruines brûlées d’une ancienne chapelle
Quand ses boeufs s’arrêtèrent non loin d’un roncier
Auquel il mit le feu… Il battit le rappel,

Mais ses boeufs refusèrent de partir plus loin,
Se mettant à genoux tous deux au même endroit.
Excédé et outré par ce fichu tintouin,
Le vilain les poussa sans qu’ils bougent d’un doigt !

L’homme s’agenouilla et se mit à creuser :
Il trouva un cercueil contenant la statue
D’une Dame grossière aux couleurs délavées…
On lui fit une église, mais presque à son insu

Tant on la trouvait laide ! On la mit dans un coin,
La remplaçant alors par une autre effigie
Enjolivée, sculptée avec beaucoup de soin :
On ne lésina point et l’on y mit le prix !

La vraie statue vexée s’offusqua et revint
Sur l’autel, d’elle-même, une fois… et puis deux.
On la cacha partout, on l’isola : en vain !
Rien à faire ! Il fallait obéir à ses voeux !

On la boutait par l’huis ? Rentrait par la fenêtre !
Comme elle avait gagné, on ne la chassa plus
Et elle est encor là où elle voulait être,
Antique Vierge Noire et son enfant Jésus.

*Notre-Dame de Romigier à Manosque

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales, La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire