La rue multicolore

 

Les gens de la rue Gris  ne songent qu’à danser,
A grogner, à aimer, à râler, à s’étreindre,
Et Matthieu un beau jour s’est surpris à penser
Que pour plus d’harmonie il faudrait la repeindre.

André est donc allé quérir un peu de ciel,
Pierre de l’ocre jaune et Jacques du safran,
Judas du jus d’ortie, Jean la couleur du miel,
Philippe un escabeau peut-être un peu branlant.

Le tout petit Jacquot a trouvé des pinceaux.
Barthélémy le Roux s’est lui-même investi
Avec Simon et Jude dans la quête de l’eau !
Quant à Thomas, sceptique, il est abasourdi

Par tant d’agitation, de bonne volonté.
On touille, on rit, on peint, et chacun s’émerveille
D’entendre les couleurs se mettre à ramager
Sur les parpaings tout gris qui déjà s’ensoleillent.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Contes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire