La route des antiquaires

Sur la 7, d’Aix à Saint Cannat,
Sont établies moultes brocantes,
Antiquaires à tour de bras,
Prêts à se vendre pour la vente

De vieux rossignols déglingués.
Mais peut-être que j’exagère ?
On peut quelquefois y trouver
Des merveilles, et faire affaire

Parfois sans être trop floués !
Mais pourquoi donc cette pléthore
D’antiquités agglutinées
Sur cette voie touristivore ?

Hangars très chics, presque masures ;
Meubles exquis, vieux mobilier
Sans autre valeur que l’usure :
Le plus beau côtoie le plus laid !

Ils y croient, ils prient, ils espèrent
Bazarder leurs très vieux machins,
Et l’un plus fou que ses confrères
Vend même des temples romains !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.