La route des antiquaires

Sur la 7, d’Aix à Saint Cannat,
Sont établies moultes brocantes,
Antiquaires à tour de bras,
Prêts à se vendre pour la vente

De vieux rossignols déglingués.
Mais peut-être que j’exagère ?
On peut quelquefois y trouver
Des merveilles, et faire affaire

Parfois sans être trop floués !
Mais pourquoi donc cette pléthore
D’antiquités agglutinées
Sur cette voie touristivore ?

Hangars très chics, presque masures ;
Meubles exquis, vieux mobilier
Sans autre valeur que l’usure :
Le plus beau côtoie le plus laid !

Ils y croient, ils prient, ils espèrent
Bazarder leurs très vieux machins,
Et l’un plus fou que ses confrères
Vend même des temples romains !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire