La robe de printemps

Poème illustré par un tableau de :

Eugène Bugarat
http://galerie-marc.faugeras.pagesperso-orange.fr/

Elle a mis aujourd’hui sa robe de printemps
Nouvellement cousue ! Celle qu’elle aime tant
Et qu’on dirait coupée dans un bout de nuage.
Ténue, arachnéenne, et vraiment pas très sage,

Faite de rien du tout, mais qui lui va si bien !
Taillée dans un tissu léger et aérien,
Une robe brodée des fleurs du mois de mai,
Une robe irréelle, une robe de fée !

Elle a pris pour la coudre une soie d’araignée,
Tout en l’agrémentant de perles de rosée,
De brins de romarin et de feuilles ouvertes
Dès le petit matin ; puis de larmes offertes

Par la pluie effarée de la voir si jolie !
Le soleil lui aussi s’est mis de la partie
En lui offrant sitôt trois rayons torsadés
De lumière et de feu pour en faire un collier.

C’est l’innocence même ; elle est fraîche et si belle
Que tous sont amoureux de notre jouvencelle.
Mais Eva l’insouciante ne veut que rêver.
Elle a le temps d’aimer et préfère danser…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire