La pré-ado

Albert Edelfelt

Poème illustré par un tableau de :

Albert Edelfelt
(1854-1905)

Est-ce encor une enfant ou une jeune fille,
Cette singulière et jolie Dorothé(e)
Dont l’âge vous fait peur et peut vous dérouter ?
Quand on la flatte trop, son regard bleu scintille

Car elle veut nier à quel point elle est belle,
Telle un bouton de fleur tout juste à peine éclos !
Son sourire est espiègle, et dans ses yeux mi-clos
Mille taquineries dansent en ribambelles.

Petit Chaperon d’or à la crinière blonde,
Elle est un peu timide, et – réserve d’ado !
Porte bien trop souvent ses cheveux en rideau…
Si son corps est pulpeux, ses jolies formes rondes

Sont courbées comme il faut, sans être rebondies ;
Mais elle n’aime point qu’on parle de son corps :
Elle a trop de pudeur, désirerait encor
S’accrocher à l’enfant que le temps congédie

Mais qui subsiste en elle. Elle a une poupée
Cachée soigneusement sous un coussin du lit
Et qui dort dans ses bras ; mais le temps affaiblit
Son intérêt pour elle. Elle est trop occupée

A d’autres jeux, ailleurs… Elle aime ses copines,
Leurs e-mails, le ciné, la mode à quatre sous ;
Veut oublier qu’elle est tous sens dessus-dessous,
Que penser aux garçons parfois la turlupine…

Presque encor une enfant, une très jeune fille
Fantasque et effrayante. Un sujet étonnant !
Une femme, une ado : mélange détonnant
Dont le charme aigrelet séduit et entortille

Quiconque la côtoie ; qui toujours en profite
Pour séduire à tout va, peut-être inconsciemment ;
Qui vous aime, vous hait, toujours passionnément,
Mais que votre dédain laisse fort déconfite…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Portraits, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.