La porte fermée

Il va falloir songer à bien fermer la porte
En rentrant du jardin vers sept heures du soir,
Car il fait un peu frais dès qu’il fait un peu noir
Et le sol est jonché de tristes feuilles mortes.

On ne peut plus dîner très tard sur la terrasse
Car il fait un peu frais dès qu’il fait un peu noir.
Il faut bien tout fermer car la fraîcheur du soir
Pourrait moisir les murs en y laissant des traces.

Le mistral ne sait pas si c’est déjà l’automne,
S’il lui faut s’élancer de son antre éventé !
Par moments il jaillit, prêt à s’égosiller,
Puis soudain il n’est plus qu’un souffle qui ronronne.

Et si le soleil fou sait encor dégainer,
Il se couche plus tôt et devient fainéant.
Il faut bien verrouiller sa porte au soir tombant,
L’automne nouveau-né commençant à ronger

Le Temps et la chaleur, le jour et la clarté.
Il va falloir songer à lui fermer la porte
Car le sol est jonché de tristes feuilles mortes.
Il faut se résigner à la fin de l’été.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire