La poésie venue du froid

 

Poème illustré par un tableau de :

Claude Monet

De tout petits enfants récitent savamment
Une poésie bleue venue sur un nuage.
Portée vers leur école par la rage du vent,
Elle s’y est posée  après un long voyage.

Venue du froid pays dont sont issus les Trolls,
Elle chante un hiver qui enfante des maux
Inconnus, suggérant des froidures si folles
Que les enfants du Sud en ignorent les mots.

Car cette poésie glacée et fort humide
Qui s’est perdue ici, du côté de Salon,
Est toute amidonnée par le gel et les rides
Qui fige les étangs noirs du Septentrion.

Transbahutée du Nord par l’arrogant mistral,
Elle a été larguée au bord de la fenêtre,
Mais les enfants boudeurs la retiennent très mal
Car c’est sûr, en Provence, elle n’a pas lieu d’être.

Cette poésie-là, venue de froids rivages,
Les petits Provençaux n’en en ont pas trop l’usage.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire