La pluie tant attendue

La voici donc enfin cette pluie bienfaisante
Qui vient purger le ciel de l’énorme chaleur
Paralysant la vie ; qui remet des couleurs
Au paysage blanc pétrifié dans l’attente

D’un zeste de fraîcheur, depuis de si longs jours !
Elle tombe, appliquée, sur les fleurs et les plantes
Que l’été torturait ; et le jardin s’enchante
De retrouver enfin son aspect de toujours.

Image depuis peu de la garrigue sèche
Entourant la maison, sa flore semblait morte !
Elle avait l’air plantée aux entours de la porte
D’un désert oriental. Et la moindre flammèche

Aurait pu l’enflammer comme un tas d’amadou…
Mais la pluie tombe dru. Elle floque, elle flaque
Sur le sol assoiffé, et une énorme flaque
S’étend jusqu’au portail. Il fait beaucoup plus doux,

L’on ne suffoque plus et la maison respire,
La pluie repeint de frais les murs dégoulinants
Et absorbe l’ardeur du soleil triomphant ;
Un été aussi chaud ? Jamais l’on n’en vit pire !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Chez nous, La Provence au coeur, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.