La bruine

 

Poème illustré par :

Peter Hobben

Une pluie comme de la bruine,
Une pluie lente qui lancine
Et qui point le coeur de tristesse,
Une pluie qui n’a point de cesse

De rendre tout gris et visqueux,
Dont l’humidité peu à peu
Enferme la ville et les gens
Dans un terne brouillard argent.

Il pleut sur Aix et sur Marseille,
La pluie a dissous le soleil
Et la Provence n’a plus d’âme.
La pluie peu à peu y étame

Les trottoirs d’un voile gluant
Qui les fait luire en les poissant ;
Les pneus des voitures qui glissent
Chintent sur l’asphalte trop lisse…

Une pluie comme de la brume,
Une pluie semblable à l’écume
De la mer grise et ralentie,
Une nuit qui n’est plus que pluie.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire