La pleine lune

clair-de-lune

Mes volets fermés en berceau
S’entr’ouvrent sur un bout de ciel
En triangle. Un joli rond miel
S’y est gravé sous un arceau ;

D’une forme achevée, si blonde,
C’est la lune tachée de noir
Dans l’inouïe douceur du soir
Qui éclaire mon petit monde.

Rien que pour moi, là, dans ma chambre,
L’astre si pâle et indiscret
M’a réveillée et rappelé
Que nous sommes le dix septembre :

Toute plénitude et rondeur
Pour encor mieux nous énerver,
La coquine s’est réservé
Droit au charme et à la douceur.

Pleine lune sur ma fenêtre,
Ronde et ocrée comme un beau fruit
Dans la nuit limpide qui bruit,
Merci de bien vouloir renaître

En dessinant un rond parfait ;
Je sens soudain que je m’agite,
Que mon sommeil prend de la gîte :
Pleine lune au magique effet…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire