La plage oubliée

 

Poème illustré par un tableau de :

Philippe Calabro
http://www.calabro.canalblog.com

Nous venons de trouver une petite plage
Au sable blond si fin qu’il est comme un velours :
Blond-doré, blond d’argent, blondeur de l’avant-jour.
Se peut-il que soit vrai ce somptueux mirage ?

La mer y est très douce et les vagues la lèchent
A légers coups de langue, à petits friselis,
Et l’on n’y entend rien qu’un frêle clapotis
Qui claque en tapotant. L’eau peu à peu ébrèche

La côte à faible pente où le mistral chuchote
Comme s’il n’osait pas y faire le balourd.
Plage faite pour deux et plage pour l’amour,
Une anse que la mer peu à peu détricote.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire