La piscine

 Poème illustré par :

David Hockney
www.artiste.com/david-hockney/

Ah !  Nous l’avons enfin cette belle piscine
Dont nous avons rêvé des mois et des années :
De faux airs de lagon et une eau azurine
Où nous pourrons sans doute rester immergés

Des heures sans bouger, légers comme des bulles !
Nous sommes des nababs et attendons juillet
Qui peut s’il le désire être une canicule :
Peut nous chaut après tout, nous allons nous baigner,

Et nager et plonger et vivre dans cette eau
Si rare par chez nous et donc d’autant plus chère !
Lors oublions  le chlore et son coût, le fardeau
Du temps qu’il faut donner pour qu’elle reste claire,

Et pensons aux soirées ronronnant de moustiques
Passées au bord de l’eau à manger des merguez,
A flotter dans le bleu bercés par la musique
Des grillons stridulant dans les chênes kermès.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.