La petite fille de novembre

Poème illustré par un tableau de :

Albert Anker
(1831-1910)

Debout devant le portillon,
La petite fille de novembre
Est revenue à la maison
Et elle n’en peut plus d’attendre…

On dirait qu’il n’y a personne
Pour l’accueillir. Et c’est en vain,
Qu’elle sonne et sonne et resonne :
Mais nul n’entend, et le jardin

Dont elle traverse la porte
Est sale et grisailleux, jonché
D’un fatras gris de plantes mortes,
Mortes comme elle fin juillet.

Tout y est triste à en mourir,
Complètement à l’abandon.
Alors poussant un grand soupir,
Elle sait enfin où ils sont :

Partis sans doute au Grand Saint Jean*
Sans deviner qu’elle est Ailleurs,
Sa soeur, son frère et ses parents
Anéantis par la douleur…

La petite fille de novembre
Se met à caresser son chat
De sa main transparente et tendre,
Devinant que lui seul saura

Qu’elle est rentrée à la maison.
Sa robe rose est défraîchie
Et délavée par les saisons,
Mais maintenant qu’elle est ici,

Sa petite ombre inconsistante
Va tout ramener à la vie
De sa présence bienfaisante ;
Et l’on serait vraiment surpris

De savoir qu’elle est toujours là.
Seul un sage le sait : son chat !

* Cimetière paysagé près d’Aix

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.